It’s Ukraine, and I love it ! (1ère partie)

Cela fait quelques temps que je rassemble mes idées pour expliquer pourquoi j’aime l’Ukraine. Et, en faisant la liste des points positifs de mon pays d’adoption, je me suis rendue compte qu’un seul article ne suffirait pas. Je vais donc classer toutes mes idées par thème et vous les restituer petit à petit.

Pourquoi j’aime l’Ukraine ? c’est avant tout pour quelque chose de difficilement définissable. J’aimerais dire que c’est pour ce sentiment de liberté que je ressens ici, mais il serait trop inopportun de comparer le pays des droits de l’Homme à un pays où l’on ne peut pas dire que l’on soit libre. En fait, je vais paraphraser Mister Jo, dont les mots sont ceux qui se rapprochent le plus de l’idée que je souhaite vous faire partager : « ce que j’aime ici, c’est l’absence de contrainte », car finalement c’est cette absence de contrainte qui rend la vie moins oppressante, moins stressante.  En fait, après coup, je me rends compte qu’en France, le poids des différentes réglementations pèse sur notre quotidien, presque physiquement.

En Ukraine, pas de radar, pas de fourrière, pas de parcmètre. Quand l’idée de mettre en place une fourrière a vu le jour il y a quelques années, les nombreuses disparitions / volatilisations de voitures ont eu la peau de cette brillante initiative. Dorénavant, on se gare où l’on veut ! D’ailleurs, la première fois que j’ai conduit en Ukraine, j’ai jubilé en me garant sur un trottoir, juste devant l’endroit où je voulais aller… finis le stress de la recherche d’une place, finis le stress des voitures enlevées (et je ris quand je lis qu’on enlève les scooters à Paris : http://blog.lefigaro.fr/auto/2010/03/a-paris-on-rafle-les-scooters.html) pour deux minutes de stationnement en double file, sur un bout de passage piéton ou sur une place livraison. Dorénavant, nous déposons nos enfants à l’école sans stress. A Paris, on a l’impression que les flics descendent en rappel du toit des immeubles pour vous coller une contravention avant même que l’idée de ne pas payer votre parcmètre puisse germer dans votre tête.

Le parcmètre est ici remplacé par un « voiturier » qui vous aide à trouver une place, à vous garer et à sortir de votre place. Il garde même la voiture pour 10 uah (environ 6 centimes) quel que soit le temps passé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici, une voiture neuve, une belle voiture, on la respecte. Personne ne s’acharne dessus à coup de clés… et j’écris cela en me souvenant d’un triste lundi matin parisien, quand, avec un sentiment de rage mêlé d’impuissance, j’ai découvert ma voiture massacrée à peine 48 heures après sa livraison !

Ce que j’aime à Kiev, c’est de ne pas vivre dans une ville morte le dimanche. Tous les magasins y sont ouverts. Les samedis ne sont plus une course infernale contre le temps pour les personnes qui travaillent. Ce qui n’est pas fait le samedi peut être fait le dimanche ou même le soir jusqu’à 22 heures… certains supermarchés sont même ouverts 24h/24 ! Et je ne vous parle pas de la quantité de services au supermarché : un portier, des animations musicales (DJ, flûtiste, pianiste, etc…), une personne pour mettre vos achats dans des sacs, une personne pour vous aider à charger la voiture, la même personne qui vous commande un taxi si besoin… Et sur le site Internet de Furshet (un des supermarchés) vous pouvez commander jusqu’à 17h pour vous faire livrer le jour même à partir de 18h30 !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Respirez, vous êtes en Ukraine !

Publicités

Les choses sérieuses commencent…

Difficile de se remettre à écrire après des semaines de silence, une chose est certaine, ma bonne résolution 2014 sera d’arrêter les tests culinaires en tout genre. Mon corps a dit stop ! Alors, bye bye mes petites cahutes chéries, bye bye toutes ces choses bizarres… d’ailleurs un nouveau supermarché a ouvert fin décembre : « le silpo » et c’est devenu mon meilleur ami.

La fin d’année fut douce (question climat) et révolutionnaire (à Kiev et à Bangkok). Bonne nouvelle : une voiture a fait son apparition dans nos vies. La fin d’année fut aussi conviviale : nous avons commencé à recevoir la visite d’amis (merci Charles, Johann, Stéphanie, David).

Maintenant à destination de ceux qui n’ont pas encore pris leur billet pour venir nous voir, sachez que j’ai un programme bien rôdé sur 2 jours.

– jour 1 : départ Shevchenka lane à 11 heures. Promenade sur Vladimirskaya de Sainte-Sophie à l’Opéra, puis descente de Bodgana Khmelnitskogo jusqu’à Kréchiatik, petit regard à gauche vers les barricades, puis direction le marché couvert Bessarabska et enfin Napule pour le déjeuner en passant devant Gulliver, le nouveau centre commercial qui accueille le premier Zadig et Voltaire ukrainien (Waouh !). Après le déjeuner, petit tour dans Good Wine (l’équivalent de la Grande Epicerie du Bon Marché) et retour sur Kréchiatik. Prise du pouls de la révolution et, en fonction, franchissement des barricades ou détour. Bien entendu pour compenser la déception du détour, petit arrêt à la cahute de Pérépitchkas pour un beignet/hot dog exceptionnel (zut, je crois que ma résolution 2014 tombe à l’eau). Une fois arrivé sur la place Saint-Michel, petite foulée pour voir les cloches de plus près et pour la vue (à noter, l’option plus reposante : admirer la vue depuis le bar de l’hôtel Intercontinental), puis descente de Saint-André, achat de souvenirs et arrivée à Podol. Petit stop pour un chocolat chaud et visite du bas de la ville. Retour par le funiculaire et repos. 21 heures, dîner au Touch Café, verre au Decadence House et soirée au D*Lux.

– jour 2 : repos et déjeuner chez Kanapa car il est impossible de quitter l’Ukraine sans goûter un bortsch, visite du parc Marinski et du quartier impérial (avec la maison aux chimères de l’architecte Vladislav Gorodetsky). Pour cette partie-là du programme, il faudra attendre la fin de la révolution car le quartier est actuellement bloqué.

So, you are welcome (et la règle n’a pas changé, priorité en été à ceux qui sont venus en hiver). Note pour Blandine, pas de shopping au programme parce que c’est pas la joie ici…

Petit point météo : étonnamment, pas de neige jusqu’à hier 13 heures et des températures clémentes pour la saison (6°C / 8°C). Puis tout à coup, fin de semaine dernière, chute des températures, les choses sérieuses ont commencé… -9°C, je n’y croyais pas… mais finalement, bien équipé c’est tout à fait vivable. oui oui, vous avez bien lu. et non, Julie, je sors de chez moi (et je marche toujours autant). Bien plus supportable qu’un +5 à Paris !

– Idée reçue n°1 : il ne neige pas quand il fait trop froid. C’est faux, archi faux. Il neige quand il fait -10°C, et même beaucoup !

– Chose inimaginable n°1 : on peut transpirer quand il fait -9°C. Normal, la poussette cane dans la neige, c’est du sport (voilà pourquoi, faire du sport ne fait pas partie de mes résolutions de l’année).

Petites images insolites pour illustrer cette parenthèse météo : le marché Lukyanskvsky sous les couvertures et réchauffé à la bougie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour finir, je ne pouvais pas oublier de préciser la nouvelle exigence de Miss L. et Miss E. : la couronne de tresses. Sympa pourrait-on penser, mais chaque matin, quand il faut être confronté à son inaptitude face à cette demande (et pourtant, j’en ai regardé des vidéos démo sur Youtube !) c’est pas si simple et quand il faut se réveiller 15 minutes plus tôt pour pouvoir tresser deux têtes… merci l’Ukraine !

PS : oui, cela commence à dégénérer au bout de notre rue. mais pour l’instant, tout va bien (en tout cas pour nous). donc pas d’inquiétude à avoir.