36 heures à Paris

Avant j’aimais Paris. Mais ça, c’était avant… quand j’y habitais.

J’y suis retournée pour 36 heures au début du mois et en 36 heures, j’ai eu une piqûre de rappel de tout ce que je détestais de cette ville :

– trajet aéroport Charles de Gaulle > école militaire en taxi : 65 euros. en fait c’était 62,80 € mais le taxi n’a pas cru bon de me rendre la monnaie ou même de me remercier pour le pourboire. Peut-être parce que pendant tout le trajet (48 minutes), j’ai eu droit à un service spécial généralement surtaxé : le « tutoiement – ma chérie – mamzelle – ma beauté – radio Nostalgie pour les sourds »

– le lendemain, rendez-vous à Neuilly. ça tombe bien, j’ai le choix entre un bus direct et 3 métros différents. ça tombe mal, c’est un jour de manifestation (un de plus) et le lieu de rassemblement n’est autre que place Joffre, bus annulé.

– Evidemment pour revenir de Neuilly, il fallait bien un colis suspect dans le métro.

– Pour dîner, en particulier dans les restaurants à la mode, ceux pour lesquels cela se bouscule au portillon, il y a deux services. A 20 heures et à 22 heures. Alors c’est parti pour 20 heures parce que le lendemain mon avion décolle à 7 heures du matin. Mais pour 20 heures, il faut au moins partir à 19h30. Et à 19h30, c’est encore l’heure de pointe dans le métro ! on est serré, ça sent mauvais, l’agressivité est au rendez-vous, mon pied glisse et frotte une chaussure… et hop un petit coup de pied dans le tibia pour bien me faire comprendre, qu’ ici, à chacun son espace vital.

Le lendemain matin à 5h30, j’ai pris LeCab, le chauffeur était à l’heure, discret, en costard cravate, il m’a proposé de choisir ma musique et, depuis un iPad, je pouvais lire journaux et magazines. Tout cela pour 49 euros. Les taxis parisiens ont bien raison de se faire du soucis !

ouf, me voilà de retour dans ma « ville au bord de la guerre civile » comme me disent certains parisiens…

 

PS :  j’ai eu confirmation dans le Kyiv Post que j’ai lu dans l’avion, le concert de Mireille Mathieu du 6 mars dernier avait été annulé et reporté au 8 juin… pas de bol, je l’ai loupé ! Je vous laisse, tout de même, découvrir comment elle y est présentée.

WP_20140602_001

 

 

Publicités